Assemblées annuelles de la BAD à Busan : les choses se précisent davantage à Abidjan

(Guinéeco.info)-Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), qui auront lieu du 21 au 25 mai 2018 à Busan, en Corée du Sud, seront l’occasion pour les pays africains de s’inspirer du modèle de ce pays asiatique en matière d’industrialisation, ont estimé des cadres de la première institution financière africaine.

S’exprimant au cours d’une conférence de presse organisée par le département communication, ce 3 mai 2018, à Abidjan, le Secrétaire général de la BAD, Vincent Nmehielle, et M. Alhassane Haidara, représentant du vice-président en chargé du secteur privé de cette institution financière ont tracé les grandes lignes du rendez-vous sud-coréen axé sur le thème central : « Accélérer l’industrialisation de l’Afrique ».

Traditionnellement, explique M. Nmehielle, les Assemblées annuelles de la BAD donnent lieu à des  publications de rapports comme celui des Perspectives économiques de l’Afrique, des résolutions et autres décisions des membres statutaires de l’institution. Il en est ainsi de l’optimisation de son bilan et de la nécessité de sa recapitalisation éventuelle.

Evoquant le rôle de son institution, le Secrétaire général de la BAD a indiqué que celui-ci consiste à promouvoir le développement social et économique des pays africains. Selon lui, il existe une corrélation entre les cinq priorités (High 5) de la BAD, à savoir : « Eclairer l’Afrique », « Nourrir l’Afrique », « Industrialiser l’Afrique », « Intégrer l’Afrique » et « Améliorer les conditions de vie des populations en Afrique », les Objectifs du Développement Durable des Nations-Unies et l’Objectif-2063 de l’Union Africaine.

Vincent Nmehielle révèle par ailleurs que pendant les prochaines assemblées annuelles de la BAD, les réunions statutaires se dérouleront à hui-clos, l’ouverture officielle de la rencontre aura lieu au 3e jour, de même que la première session du Conseil des Gouverneurs qui se poursuivra le lendemain. Le communiqué final sera publié au 4e jour. Les Assemblées 2018 seront, selon le Secrétaire général de la BAD, couronnées par la célébration de la journée des diplomates africains à Busan.

Les ingrédients pour l’industrialisation de l’Afrique

Pour sa part, M. Alhassane Haidara a soutenu que le choix de la Corée du Sud pour abriter ces assemblées n’est pas fortuit. Pour lui, ce pays est une bonne inspiration pour les pays africains, parce qu’ayant passé d’un pays agraire à un pays industrialisé. Il explique que tous les ingrédients sont réunis pour favoriser une industrialisation du continent africain. Il souligne, entre autres, l’augmentation des IDE (investissements directs étrangers) en Afrique, la croissance économique du continent qui pourrait atteindre 4,1% en 2018 et la jeunesse de la population africaine.

M. Haidara a profité de l’occasion pour parler de la stratégie de la BAD visant à créer des champions régionaux en matière d’industrialisation. Déjà cinq pays pilotes sont identifiés dans ce sens. Il s’agit du Maroc, du Sénégal, de l’Ethiopie, du Nigeria et de l’Angola. Pour un besoin annuel de 70 millions de dollars, dit-il, il va falloir diversifier les sources de financements, en attirant le secteur privé.

La BAD en quelques chiffres

Répondant aux critiques qui remettent en cause l’africanité de la BAD, le Secrétaire général de l’institution a rappelé que celle-ci compte 80 membres, dont 54 pays africains et 26 pays non africains. Il fait remarquer les 60% des actions de cette Banque sont détenues par les Africains et que cela restera pour toujours. Actuellement, le Nigeria est le principal actionnaire du groupe de la BAD (avec 10 % des actions). Par les pays non africains, les Etats-Unis d’Amérique caracolent en tête (avec 6 % des actions).

Bachir Sylla, envoyé spécial

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie du métier.