Ce que l’Angola peut apprendre de l’expérience nigériane en matière de champs pétroliers marginaux

(Guineeco.info)-Face à la baisse de la production et à la raréfaction des investissements, les dirigeants angolais ont mis en place un certain nombre de nouvelles politiques visant à relancer son industrie pétrolière et à favoriser le développement économique. Cependant, ces changements prennent du temps et il faudra des années pour que la nouvelle exploration pétrolière et gazière en eau profonde visant à trouver de nouvelles réserves produise les résultats souhaités et mette un terme au ralentissement quotidien de la production.

Entre-temps, le gouvernement cible ce qu’il sait existe déjà dans son sol, à savoir les multiples gisements de ce que l’on a appelé les champs de pétrole marginaux, qui seront vendus cette année lors de l’Appel d’offre angolais des champs marginaux.

Les champs marginaux sont définis par une rentabilité réduite ou un manque de viabilité commerciale. Ils peuvent parfois représenter des quantités considérables de pétrole brut dans les réservoirs, mais y investir n’est pas attractif en raison de processus de récupération coûteux et des conditions prévues par le cadre juridique et fiscal en vigueur. Dans l’offshore profond angolais, plusieurs de ces perspectives ont été découvertes au fil des ans et écartées au profit de la recherche d’opportunités plus rentables. Cependant, à la suite du manque d’investissements dans l’exploration dans le pays au cours des quatre dernières années, ces réserves marginales sont devenues plus pertinentes pour les perspectives macro-économiques de l’Angola.

Ainsi, en mai 2018, le gouvernement du Président Lourenço a publié un nouveau cadre légal spécifiquement conçu pour promouvoir les investissements dans ces champs. Selon le texte officiel, la loi considère comme champs marginaux les découvertes dont les réserves de pétrole prouvées sont inférieures à 300 millions de barils (des exceptions sont envisagées pour les plus grandes réserves dans des conditions de travail particulièrement coûteuses), situées à une profondeur égale ou inférieure à 800 mètres, rapportant à l’État pas plus de 10,5 cents USD par baril, et pas plus de 21 USD par baril pour l’opérateur, et dont le retour sur investissement moyen après impôts est inférieur à 15%. Pour ceux qui remplissent ces conditions, le gouvernement offre de nombreux avantages fiscaux et fiscaux, ainsi que des conditions plus faciles pour le recouvrement des coûts, afin de commercialiser ces réserves et de promouvoir leur développement.

L’Angola n’est pas le premier à essayer cette tactique. En 2003, l’appel d’offre du Nigéria avait déjà remporté un certain succès pour ses champs marginaux. Les plus grandes compagnies pétrolières internationales ne seront probablement pas particulièrement attirées par ces perspectives relativement modestes, mais elles représentent une grande opportunité pour les petites sociétés pétrolières et gazières indépendantes, africaines et non africaines, capables de travailler efficacement avec moins de frais généraux que leurs plus grandes homologues, tout en ayant la certitude économique des perspectives de travail avec des réserves garanties. Le gouvernement espère que le développement de ces gisements marginaux contribuera à augmenter la production actuelle de pétrole brut (qui devrait stagner d’ici 2022), tout en encourageant la reprise des investissements dans l’exploration et la production sur des superficies inexplorées.

L’Appel d’offre des champs marginaux devrait être lancé à Luanda en juin 2019 lors de la conférence sur le pétrole et le gaz en Angola, organisée par Africa Oil and Power avec l’aval du gouvernement angolais. Il est susceptible d’inclure des blocs onshore et offshore dans les bassins du Congo, de Namibe et de Cunene, et a déjà fait l’objet d’une attention considérable de la part des acteurs de l’industrie dans la région.

Leçons retenues

L’expérience nigériane en matière de développement de champs de pétrole marginaux a eu un succès mesurable : 24 licences ont été attribuées à 31 sociétés, certaines en tant qu’opérateurs uniques et d’autres en co-entreprises. L’appel d’offre marginal de 2003 a ouvert un certain nombre de possibilités aux acteurs locaux et régionaux de l’industrie, tout en contribuant à accroître la production de pétrole du pays et à promouvoir la participation des acteurs locaux aux activités de pétrole en amont. Pour des sociétés telles que Oando, Waltersmith, Shoreline Energy, Seplat, Sahara Petroleum ou Brittania-U, ces champs représentaient une occasion importante d’exploiter une partie de la superficie des majors et de mener leurs propres projets. Certains développements ont été plus lents que prévu, mais le résultat du processus a été globalement réussi. Aujourd’hui, environ un tiers des licences délivrées produisent des quantités significatives de pétrole brut

Cependant, il y a quelques leçons à tirer de l’expérience nigériane qui s’appliquent à la réalité angolaise. Premièrement, les champs marginaux sont particulièrement attrayants pour les petites entreprises locales ou régionales, qui peuvent bien fonctionner avec des marges de profit réduites. Ces sociétés sont également beaucoup plus à court d’argent que les sociétés comme ExxonMobil ou Total et ont donc besoin de capitaux pour développer leurs superficies. L’expérience nigériane nous indique que la recherche de capitaux dans le secteur financier local peut être difficile. Les banques nigérianes ont résisté à l’octroi de lignes de crédit aux petits opérateurs dans le cadre de ce type de projet.

 Normalement, les banques émettent des emprunts contre des actions ou des actifs utilisés en garantie. La tentative de ces opérateurs pétroliers d’utiliser les réserves de pétrole en garantie n’a pas été bien acceptée par les financiers nigérians, ce qui a retardé le développement des champs. Cela signifie qu’inviter des partenaires étrangers ayant accès à des capitaux devient primordial. Les entreprises angolaises feraient donc bien de rechercher le partenariat d’acteurs de taille moyenne tels que Tullow Oil, Trident, Kosmos, Noble, Perenco ou de nombreuses entreprises pétrolières nigérianes prospères, disposant d’une vaste expérience africaine et de liquidités disponibles qui peuvent les aider à progresser et à réussir leurs projets.

Deuxièmement, il y a la question de la clarté juridique. Le projet de loi nigérian sur l’industrie pétrolière (Nigeria Petroleum Industry Bill), qui fait l’objet de nombreuses discussions depuis plus de deux décennies, continue de créer des perturbations et des incertitudes dans le secteur et de retarder le lancement de nouveaux appels d’offres. Si la forme actuelle du projet de loi est approuvée, les opérateurs de champs marginaux devraient recevoir des réductions significatives des taxes et redevances, mais cela reste flou pour le moment.

Sur ce deuxième point, l’action du gouvernement angolais doit être saluée. En un temps record, un cadre simple et clair a été créé pour les concessions de champs marginaux. Il importera également de prendre des mesures pour trouver des solutions facilitant le financement de bon nombre de ces projets, de manière à ce que ces efforts aient un impact mesurable sur l’industrie pétrolière du pays. Un article paru en décembre 2018 dans le journal nigérian The Oracle, intitulé « L’Angola attire l’attention des investissements sur le Nigéria », expliquait le détournement des investisseurs au Nigeria vers l’Angola par la facilité de faire des affaires et le cadre fiscal clair créé par Luanda pour l’appel d’offre des champs marginaux qui aura lieu en juin, signe du travail bien fait par l’administration Lourenço.

En résumé, le chemin parcouru par l’Angola pour revitaliser son industrie pétrolière et accroître sa production donne déjà des résultats positifs, la perception des investisseurs internationaux s’orientant déjà vers des perspectives plus positives. Rien qu’en décembre, ExxonMobil et BP ont annoncé de nouveaux investissements dans le pays, tandis que le major français Total a lancé son projet Kaombo, d’une valeur de 16 milliards de dollars américains, en novembre et a annoncé de nouveaux investissements dans le pays dans un avenir proche.

Ce sont des développements importants à un moment où Sonangol tente de se restructurer et de se recapitaliser pour se concentrer à nouveau sur les efforts d’exploration. Dans le même temps, l’exploitation des gisements marginaux du pays dans ce nouveau cadre peut, parallèlement aux mesures visant à prolonger la durée de vie des gisements en déclin, contribuer à maintenir la production de pétrole à mesure que de nouveaux grands projets se développent.

Si tout continue dans la même direction que maintenant, il va sans dire que d’ici trois ou quatre ans, l’industrie pétrolière angolaise pourrait à nouveau prospérer. Toutefois, si l’on veut que la promesse de l’industrie pétrolière angolaise soit réellement tenue, il faut continuer à élaborer et à maintenir des politiques favorables à la bonne gouvernance et favorables aux entreprises, ainsi que des cadres fiscaux et juridiques clairs.

Distribué par APO Group pour Centurion Law Group.

Print Friendly, PDF & Email

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.