Dubréka-Coyah : une campagne de distribution de déparasitants tourne mal dans les écoles

(Guineeco.info)-En début de cette semaine, une panique s’est emparée des écoles de Dubréka et de Coyah, où une campagne de distribution gratuite de déparasitants a mal tourné, obligeant le ministre de la santé, Dr Niankoye Lamah, à présenter les excuses du gouvernement et à tendre la main aux populations pour continuer la campagne.  

La campagne dite de distribution gratuite de praziquantel et d’albendazole contre la schistosomiase et les géo-helminthiases,  lancée le 18 mars à Coyah et à Dubreka, visait les enfants de 5 à 14 ans et même les adultes.

«  A peine commencé dans les écoles, les premiers élèves ayant reçu les produits, dont la dose varierait selon les âges, ont eu des malaises.  Certains  vomissaient alors que d’autres se plaignaient de fatigue générale et de violents maux de ventre », rapporte le site Guineenews.

 Il n’en fallait pas plus que folles rumeurs s’emparent de Conakry et ses environs. «  Plusieurs écoles ont dû libérer les élèves ou fermer les portes aux agents de la santé chargés de cette distribution », ajoute-ton.

À travers cette sortie médiatique, le ministre de la santé a reconnu la défaillance de communication qui a occasionné le mouvement de panique né de la distribution d’un praziquantel aux élèves à Dubréka, Fria et Coyah, Dr Edouard Niankoye Lamah précise que le produit comporte des effets secondaires, mais qui ne sont pas mortels.

« Je voudrais sincèrement au nom du gouvernement et singulièrement du président de la république présenté aux peuple de Guinée en général et aux populations concernées les regrets du gouvernement. On fait le mea-culpa, il n’y pas eu battage suffisant médiatique », avoue le ministre Lamah.

« Il fallait informer suffisamment la population que cette fois on va donner aux enfants un médicament mais qui va entrainer ces effets ne vous inquiétez pas ça ne tue aux des heures ça passe. Je suis scientifique, je dis exactement ce qui est. Cette disposition indispensable n’a pas été prise », estime-t-il.

Contrairement aux rumeurs qui circulent, le ministre de la santé affirme qu’aucun cas de mort n’a été signalé dans les zones concernées. Selon lui, les autorités sanitaires identifient les problèmes en vue de regagner la confiance des citoyens et assurer une couverture de santé publique.

«Il n’ya pas un seul médicament qui n’a pas des effets secondaires. L’organisation mondiale de la santé a élaboré un programme pour pouvoir déparasiter à temps les jeunes, puisse que c’est à l’enfance qu’on contamine », explique Dr Lamah.

Malgré ces assurances du ministre de la santé, la distribution massive de ce déparasitant est pour l’instant suspendue jusqu’à l’adhésion des populations à cette campagne. Une adhésion que le ministre qualifie de primordiale pour sauver les enfants d’éventuels cas maladies.

 Pour corriger les imperfections notifier, Dr Edouard Niankoye Lamah, compte tenir des rencontres périodiques avec les journalistes, pour parler des maladies qui préoccupent les citoyens.

Mamoudou Boulléré Diallo

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.

Laisser un commentaire