Législation : la Guinée se dote d’un nouveau code civil qui autorise désormais la polygamie

 (Guineeco.ifo): Le projet de code civil soumis à l’approbation des élus du peuple a été adopté le samedi 29 décembre 2018 à l’Assemblée nationale à l’issue d’un débat houleux. Le nouveau texte autorisant notamment la polygamie révise le code civil de 1983 qui interdisait cette pratique suffisamment ancrée dans la société guinéenne majoritairement musulmane.

Malgré plusieurs reports, le combat des organisations de la société civile a fini par porté fruit. Mais les débats ont été chauds autour, notamment du maintien ou non de la polygamie dans le code révisé. 

  Le groupe parlementaire libéral démocrate avait souhaité que le texte soumis par le gouvernement soit renvoyé à une autre session de l’Assemblée, estimant qu’il comporte des imperfections.  N’ayant pas obtenu gain de cause il s’est abstenu de voter.

Egalement, toutes femmes parlementaires présentes ce jour à la plénière ont refusé de donner leur onction à ce qui apparait à leur comme un complot des hommes contre les femmes.

N’empêche, « sur les 57 députés présents 37 ont voté pour », proclame, Saloum Cissé premier vice-président de l’assemblée nationale à l’issue du vote qui a sanctionné la plénière de ce samedi qui fera date dans l’histoire de la Guinée.

Mais pour Dr Fodé Oussou Fofana, président du groupe parlementaire libéral démocrate  ce résultat ne reflète pas la réalité. « Saloum Cissé pense qu’il est au siège du Rpg. C’est une honte ! Ce qui est passé devant tout le monde, il falsifie le vote pour avoir un code n’importe comment » fustige-t-il.

Enregistré le 6 avril 2016 au secrétariat  général de l’assemblée nationale, le nouveau code civil guinéen, comporte 1 602articles. Il traite de la vie quotidienne du citoyen. Parmi ces articles, on traite des régimes matrimoniaux, du mariage, du divorce, du loyer, de la nationalité ou encore la naturalisation.

Concernant le partage des responsabilités entre l’homme et la femme au sein d’un couple, un député clame qu’il est impossible que deux capitaines s’entendent dans un bateau.

Sans surprise la question sur la polygamie n’a pas fait l’unanimité. Certains s’en sont farouchement opposés. Le forum des femmes parlementaires de Guinée, a opté pour le maintien du statuquo.

L’honorable Sékouba Savané a prévenu qu’en interdisant la polygamie en Guinée, on ouvrirait la voie à la prostitution. S’exprimant sur les articles du texte, l’élu de Siguiri évoque le caractère volumineux du code qui entrave, à ses yeux, sa compréhension.

« Oui à la modernité, mais non à la banalisation de nos valeurs », a entonné Mamadou Cellou Baldé, député uninominal de Labé, qui soutient le choix qu’offre le nouveau code aux hommes et femmes d’opter pour la poly ou la monogamie.

Versant dans l’ironie, son collègue Ousmane Gaoual Diallo a déclaré haut et fort ; « Si vous voulez avoir longue vie,  soyez monogames » a conseillé Ousmane Gaoual Diallo. De quoi titiller bon nombre de députés qui sont déjà polygames

Le président de la commission des lois,  en présentant un rapport de 18 pages a soutenu que le code civil révisé en débat a déjà fait l’objet d’études pendant six mois. Par conséquent, Mamady Kandet Soumaoro, a plaidé pour le vote, ajoutant que la succession des constitutions n’a jamais eu d’échos sur le code civil.

Maitre Cheick Sacko, le ministre de la justice et garde des sceaux, qui s’est exprimé devant les députés a indiqué qu’il était lui-même favorable à un report pour l’adoption du nouveau civil, mais que les députés sont libres de faire leur travail.

« J’étais pour le maintien du statuquo et monsieur le président de la république aussi. Mais comme beaucoup des ministres sont polygames… »

Me Cheick Sacko assure que le président de la république ne fera pas d’obstacle.  Donc, aucune raison de s’inquiéter de la promulgation du nouveau code civil guinéen adopté

Mamoudou Boulléré Diallo

Print Friendly, PDF & Email

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.