Guinée : peu d’engouement des électeurs pour les communales d’hier dimanche 04 février 2018

(Guinéeco.info)-Les élections communales d’hier dimanche, 04 février 2018, ont connu peu d’engouement des électeurs, aussi bien à Conakry, la capitale, qu’à l’intérieur du pays. Si le scrutin s’est globalement passé dans le calme, des incidents mineurs ont été néanmoins signalés par endroits, à cause d’irrégularités attribuées soit à la fois à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) soit aux partis politiques en lice (pouvoir et opposition).

Pour le scrutin de ce dimanche, plus de 5 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes pour les élire les conseilleurs communaux des 342 circonscriptions électorales guinéennes. A l’arrivée, les bureaux de vote étaient quasiment déserts un peu partout à travers le pays. C’est dire que le taux de participation à ces élections risque d’être le plus bas de l’histoire électorale guinéenne. Plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer cette situation.

Fort taux d’abstention

Selon certains observateurs, le fort taux d’abstention aux communales 2018 est la preuve éloquente du désamour entre les populations et les politiques guinéens. Mais, à en croire Kassory Fofana, président du parti Guinée Pour Tous (GPT), qui s’exprimait sur les ondes d’une radio privée de Conakry, ce lundi matin, le faible taux participation aux élections locales n’est pas spécifique à la Guinée. Pour lui, ce genre d’élections mobilise toujours  ici comme ailleurs moins les électeurs que les élections législatives ou présidentielles.

D’autres analyses pensent que la campagne électorale a été biaisée, de sorte qu’on a vu beaucoup plus les leaders de partis politiques de la mouvance présidentielle et de l’opposition que les véritables candidats à ces élections de proximité. Du coup, ne sachant pas pour qui ils vont voter réellement, beaucoup d’électeurs ont préféré ne pas se déplacer, non seulement pour aller retirer à temps leurs cartes d’électeurs, mais aussi pour aller voter.

Des cas de fraudes

Bourrage d’urnes, abus de vote par procuration-et que sais-je encore- ont été entre autres cas de fraudes signalés par les principaux leaders de l’opposition : Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Sidya Touré de l’UFR et Faya Millimono du Bloc Libéral. Tous épinglent le parti au pouvoir qu’ils accusent d’orchestrer toutes sortes de manœuvres pour s’octroyer le maximum de vote. Dans ce processus, ils mettent en cause les administrateurs territoriaux et les hauts cadres de l’Etat, qui seraient au four et au moulin pour jouer en faveur du RPG-Arc-en-ciel et ses alliés.

En attente des résultats

Les bureaux de vote ont été fermés dans la majorité des cas à 18 heures, comme le prévoient les textes réglementaires. Aussitôt les dépouillements ont été effectués, bureau de vote par bureau de vote. A présent l’heure est la centralisation des procès verbaux au niveau des Commissions administratives de centralisation de vote. Après réception du dernier procès-verbal des CACV, la CENI a 72 heures pour rendre publics les résultats provisoires globaux. Lesquels doivent être transmis à la Cour constitutionnelle pour validation.

Bachir Sylla 

Print Friendly, PDF & Email

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.