Réduction de la pauvreté : La Guinée, à côté de la plaque !

(Guineeco.info)-A la conclusion des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd), en septembre 2015, la Guinée était loin du compte en matière de réduction de la pauvreté. En effet, entre la Déclaration du Millénaire, en 2000, et maintenant, les Guinéens sont devenus de plus en plus pauvres. 

Selon le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), l’incidence de la pauvreté est passée, en Guinée, de 53% en 2007 à 55,2% en 2012, avec de fortes disparités spatiales, régionales et selon les sexes. Pourtant, ce petit pays d’Afrique de l’Ouest d’environ 11 millions d’habitants regorge d’importantes ressources naturelles dont l’exploitation judicieuse aurait pu contribuer à améliorer le bien-être de sa population. Mais, la mauvaise gouvernance interne et la conjoncture internationale difficile qu’il traverse depuis plus d’une décennie l’ont rendu plus fragile que jamais.

A l’origine du mal

Pour peu qu’on jette un regard rétrospectif sur les 15 dernières années, l’on comprendrait aisément l’origine du mal guinéen et l’incapacité du pays à réduire la pauvreté de sa population. En 2000, ce pays francophone d’Afrique de l’Ouest subit de plein fouet une agression rebelle à ses frontières d’avec la Sierra Leone et le Liberia, alors en pleine guerre civile. Sous le prétexte de protéger l’intégrité du territoire national, les autorités guinéennes déploient de gros moyens pour venir à bout des agresseurs. Pendant cette période, les dépenses militaires ont fortement grevé le budget de l’Etat au détriment des autres secteurs socio-économiques du pays.

Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’en 2001, le pouvoir procède à une modification de la Constitution, qui a permis à feu Général Lansana Conté de se faire réélire pour un troisième mandat de 7 ans (au lieu de 5 ans comme les deux précédents). Un mandant des plus éprouvants, à la fois pour le « Président-paysan », miné par la maladie, que pour le peuple guinéen, qui a assisté, impuissant, à la déliquescence de son Etat. Les querelles de leadership faisant rage au sommet de l’Etat pour la succession de celui qui a pris le pouvoir par la force, le 3 avril 1984, au lendemain du décès du père de l’indépendance guinéenne, Sékou Touré.

Les intrigues de palais et autres duels sans merci que se sont livrés les hauts cadres du pays ont négativement impacté le bon fonctionnement de l’Etat guinéen et de ses institutions. Ce qui rendît quasiment impossible la mise en œuvre des programmes de développement du pays vers la fin du règne de Conté. Quid de la lutte contre la pauvreté !

Des manifs contre la misère

Devant la dégradation, de plus en plus insupportable des conditions de vie des Guinéens, les syndicats et les organisations de la société civile ont, à partir de 2006, commencé  de manifester contre la façon dont le pays est géré. Ces manifestations ont atteint leur paroxysme en Janvier et Février 2007, avec les insurrections populaires qui ont secoué l’ensemble du pays. Face à ce chaos ambiant, le pouvoir était contraint de lâcher du lest et de concéder à la nomination d’un Premier ministre de consensus, Chef de gouvernement.

Seulement voilà ! Le nouveau promu n’a pas eu les coudées franches et s’est buté à des obstacles insurmontables auxquels il a dû s’en accommoder jusqu’à son éviction et son remplacement par un homme du sérail qui est resté en poste jusqu’à la mort du Général Conté, le 21 décembre 2008.

Pour ne pas arranger les choses, voilà qu’une junte s’empare du pouvoir, mettant ainsi la Guinée en rupture de ban avec les principaux bailleurs de fonds bi et multilatéraux. Ce qui a sevré le pays de tout apport extérieur pendant les deux années d’une transition militaire des plus chaotiques.

Le retour en grâce

Il aura fallu attendre l’avènement d’un président ‘’démocratiquement’’ élu, en 2010, pour que la Guinée renoue avec ses partenaires étrangers, avec à la clef des réformes qui ont notamment permis au pays d’atteindre, en septembre 2012, le point d’achèvement de l’initiative Ppte (Pays pauvres très endettés) du Fmi et de la Banque mondiale et d’obtenir, par la suite, le reliquat du 10e Fonds européen de développement (Fed). Ce retour en grâce aurait pu augurer de lendemains meilleurs si la crise politique, liée au processus électoral, ne s’était pas invitée en Guinée en 2013, rendant aussi difficile les activités socio-économiques dans le pays.

Ebola et ses corolaires

Pire, encore l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola a pointé du nez au pays d’Alpha Condé, pour se répandre en Afrique de l’Ouest où elle fait des milliers de morts. Cette épidémie, en plus d’ôter la vie à plus de 2000 Guinéens, aura également porté un coup dur à l’économie nationale, au point que le Fonds monétaire international projette « une croissance nulle » pour le pays à la fin de cette année 2015. Une alerte qui a amené les pays les affectés (Liberia, Sierra Leone et Guinée) à réfléchir déjà sur un plan commun de relance post-Ebola, à défendre devant les partenaires techniques et financiers. Déjà l’idée d’un Plan Marshall en faveur des trois pays a été lancée. Les besoins de financements dudit Plan ont été évalués à pas moins de huit milliards de dollars américains.

Un espoir tout même

Au prochain cycle des objectifs du millénaire pour le développement, l’espoir est pourtant permis pour la Guinée en matière de lutte contre la pauvreté. Les Guinéens espèrent, en effet, que l’élection présidentielle d’octobre prochain va permettre de consolider le processus démocratique de leur pays afin de le doter d’institutions solides à même de faire face à son développement durable. S’il en est ainsi, le pays pourrait sortir du cercle vicieux de la pauvreté dans lequel il est empêtré. Mais pour y parvenir, ses dirigeants devront mener un combat acharné contre la corruption qui mine tous les secteurs de la vie nationale, améliorer le climat des affaires pour mieux favoriser l’investissement privé et garantir un emploi décent aux Guinéens en âge de travailler. Déjà de nombreux projets miniers en phase d’installation n’attentent que le ciel politique se dégage pour accélérer le développement de leurs activités. Ce qui, à n’en pas douter, génèrera des ressources importantes à la Guinée pour le plein épanouissement de sa population.

Bachir Sylla

In La République

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie du métier.