Religion : la Zakat, un moyen efficace contre la pauvreté

(Guinéeco.info)- Hier samedi, 9 juin 2018, une conférence-débat sur la Zakat, le troisième pilier de l’Islam et l’élément purificateur du jeune de Ramadan a eu lieu au Centre international de recherche et de documentation (CIRD), sis à Kipé-Dadia, dans la commune de Ratoma.

A l’entame de la conférence, M. Nicolas Dextreit, le directeur général de ce centre a tenu à préciser : « Nous sommes un établissement privé à utilité publique pour rendre service à l’Etat. Donc c’est n’est pas confessionnel. On fait une conférence par semaine et tous les sujets sont intéressants. Donc là, c’est l’actualité religieuse de la Guinée, puisque, en ce moment, la majorité de la population fait le mois de ramadan, donc ça paraissait intéressant de faire une conférence sur la zakat qui est l’un de pilier de l’islam. Ce qui nous intéresse vraiment c’est la connaissance et la réflexion. Tout ça, ce sont des objets d’études de notre public cible que sont les étudiants et les enseignants chercheurs».

La zakat comme moyen de lutte contre la pauvreté

« La zakat est assurément une solution à la pauvreté et au chômage à la République de Guinée, comme elle a été dans d’autres pays qui l’on expérimentée et qui s’est soldée par une réussite. C’est le cas de l’Algérie, du Maroc, du Soudan, en Afrique et d’autres pays tels que le Koweït et l’Arabie saoudite. Donc, nous aussi, on s’y met par la grâce de Dieu. Nous pouvons utiliser la zakat et le waqf comme des outils pour nous mettre à l’abri, pour lutter contre la pauvreté dans notre cher pays la Guinée», estime le conférencier El Hadj Mohamed Lamine Diallo, le directeur général du Fonds national de Waqf-Zakat auprès du Secrétariat général des affaires religieuses.

« La zakat, c’est le troisième pilier de l’islam, c’est l’une des obligations sur tout musulman. Elle est d’une importance capitale alors et elle est citée 82 fois dans le Saint Coran. Celui qui ne paye pas la zakat s’expose à la sanction d’Allah, le Tout Puissant » explique El Hadj Diallo. Selon lui, un verset du Coran indique que celui qui ne paye pas la zakat, verra le jour de la résurrection un serpent entourer son coup et le mordre, pour lui dire que c’est ça sa richesse qu’il refusée à Dieu et la zakat sera réunie et transformée en une sorte de fer à repasser qu’on lui passera sur le corps. « Votre jeun est suspendu en tant que vous ne payez pas la zakat, et ce avant d’aller à la prière de la fête de ramadan. Celui qui s’en acquitte après la fête aura fait une simple aumône mais pas la zakat », fait remarquer le conférencier.

Il ajoute que la zakat est très minime par rapport à la moyenne. « Il faut vraiment avoir un peu d’argent, parce qu’au jour aujourd’hui, d’après les calculs que nous avons faits, la somme imposable est de 24 millions francs guinéens. Tous ceux qui sont en dessous de cette somme ne sont imposables vis-à-vis de la zakat. Et sur chaque 1 000 francs de ce montant, ce n’est que 25 francs qu’il faut payer. Il faut extraire cette partie du pauvre dans notre richesse pour qu’Allah mette la baraka et qu’il fructifie notre richesse. Les avantages sont d’ordre spirituel, économique et social. Vous vous acquittez d’un devoir, votre richesse sera purifiée et fructifiée», affirme ce leader religieux.

Les bénéficiaires de la Zakat

« La zakat doit être remise à huit catégories de personnes, qui sont : les pauvres, les nécessiteux, ceux qui travaillent dans le sens de la zakat (les récolteurs de la zakat), ceux qui sont lourdement endettés, les voyageurs en détresse, les esclaves à affranchir et ceux qui travaillent dans le chantier de Dieu », clarifie El Mohamed Lamine Diallo.

Mamoudou Boulléré Diallo

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.

Laisser un commentaire