Un week-end calme à Wanindara, après une semaine agitée

(Guineeco.info)- Depuis hier samedi, 10 novembre 2018, un calme précaire règne à Wanindara, un quartier de la banlieue de Conakry qui a été le théâtre de violences meurtrières cette semaine. Mais l’incertitude plane toujours chez les populations de ce quartier dont les domiciles ou les biens ont été vandalisés au point que certains avaient fait leurs valises pour se mettre l’abri.  Ceux qui n’avaient pas où aller  espèrent qu’une protection de l’Etat les aidera à sortir de cet engrenage. 

« J’ai eu vraiment peur. Les agents  de la sécurité sont rentrés nous trouver dans notre chambre même. Mes petites sœurs se sont mises sous le lit et moi sous la table. Je voyais leurs chaussures noires. On ne pouvait rien sinon que de les laisser faire. Ils ont emporté tout ce qu’ils volaient et détruit le reste », relate Fatoumata Diariou, qui envisage de quitter momentanément ce quartier martyrisé.

« On va quitter ce quartier, parce que c’est dangereux ici. Avant-hier, ils ont pris nos biens. Hier encore ils sont revenus incendié des boutiques ici. Pour ne pas qu’ils nous tuent,  on va quitter Wanindara », confie la jeune dame, visiblement désemparée.  » Nous nous sentons menacés. Nous allons déménager parce que ceux qui sont sensés nous protéger, nous sommes victimes d’eux », nous a confié Alpha Yaghouba, qui habite non loin du carrefour de Wanindara-marché.

A quelques encablures de là, c’est une famille terrée chez elle qui a accepté d’ouvrir ses portes à un reporter de Guineeco.info. Dans l’enceinte de cette cour, on lui montre des véhicules endommagés, des portes trouées, des armoires renversées ici et là. Malgré les dégâts que cette famille a enregistrés ces derniers jours, elle n’entend cependant pas bouger d’un iota.

« Nous n’avons nulle part où aller. Cette maison qu’ils ont détruite ici  a été construite par une vieille qui ne peut même pas se tenir débout actuellement. Elle a fait vingt-ans pour réunir des fonds ; elle vendait du riz », explique une dame, avant de lancer cet appel : « Je lance un appel au professeur Alpha Condé. Il n’a qu’à dire à ses agents de faire attention. Trop c’est trop ! Nous sommes fatigués. Nous voulons la justice mais pas celle qui déjà corrompue ».

Mamadou Misbaou, qui a vu son magasin pillé cette semaine, doit reprendre tout à zéro pour nourrir sa famille. L’une ses deux motos a été incendié et l’autre emportée. Ne sachant pas à quel saint se vouer, l’homme en veut aux forces de sécurité déployés à Wanindara et qui se livrent à des exactions dans ce quartier de la banlieue de Conakry.

Le garage mécanique de Maitre Sadjo a aussi fait les frais de la décente policière à Wanindara cette semaine. « Je n’étais pas là. Ils m’ont dit que ce sont des policiers qui ont détruit sept voitures garées ici avant de mettre le feu sur un minus bus. Aucun de ces véhicules ne m’appartient. J’ai informé les propriétaires, quand seront on va voir comment régler la situation », se lamente ce jeune mécanicien.

Mamoudou Boulléré Diallo

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.

Laisser un commentaire