Une mission parlementaire révèle des failles dans les hôpitaux guinéens

(Guineeco.info)-Des députés membres de la commission santé de l’Assemblée nationale ont présenté, le vendredi 14 septembre 2018, à la maison de la presse de Guinée, les résultats alarmants de leur mission d’inspection dans 51 structures sanitaires du pays. Leur enquête a été rendue possible grâce à l’ONG Search For Common Ground dont l’un des trois axes du programme en Guinée porte sur l’appui aux institutions de l’Etat et aux organisations de la société civile.

Devant les journalistes, l’honorable Ben Youssouf Keïta, le président de la commission Santé du parlement guinéen a affirmé que les hôpitaux inspectés sont très peu équipés pour pouvoir donner de soins conséquents aux patients. Selon lui, l’’hôpital le mieux outillé en Guinée, est celui sino-guinéen de Kipé. Mais, révèle-t-il, cette structure même utiliserait un scanner  à deux barres, alors qu’il en faudrait un de 64 barres pour mieux détecter les maladies.

Le parlementaire déplore par ailleurs que seul le centre de diagnostic de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale dispose actuellement d’un URM, pourtant tous les hôpitaux dignes de ce nom devraient l’avoir.

« Tout est prioritaire en Guinée, mais la super priorité c’est la santé. Or 70 % de matériels utilisés dans nos hôpitaux sont vétustes. Et tant que le budget du ministère de la santé n’atteint pas les 15% on ne peut pas parler d’une performance du système sanitaire en Guinée. Actuellement, il est de 8,2% dont 95% sert à payer le salaire du personnel », déclare honorable Ben Youssouf Keïta.

Le pasteur Pépé Toupou, membre de la commission estime que la Guinée sommeillait. « C’est Ebola qui est venu nous réveiller et faire de nous c’est qu’il voulait », ironise-t-il.

Dans le même ordre d’idée, honorable Kinda Baïlo DIALLO a fait comprendre que les gestionnaires de centres de soins sont responsables de leurs images. ll fait remarquer que lors de  la première mission effectuée en 2017, de nombreux sites visités étaient dans un cadre insalubre. Mais qu’en 2018, les centres sont bien assainis.

Manque de personnel qualifié.

A en  croire le Président de la commission Santé du parlement, la Guinée compte quelque 1 445 médecins, dont les 60% évoluent en zones urbaines. Le pays aurait 4 240 Agents techniques de Santé (ATS) et 700 sages femmes dont 600 sont à Conakry, alors qu’il en faudrait au moins 4 000 pour l’ensemble du pays.

Pour inverser la tendance actuelle, les conférenciers ont recommandé un changement de la politique sanitaire guinéenne, tout en élevant le budget du ministère de la santé à hauteur de 15%, comme recommandé par la CEDEAO. Ils encouragent les agents de santé qui servent à l’intérieur du pays et plaident pour bourses d’études et des promotions en grade en leur faveur.

Mamoudou Boulléré DIALLO

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est un site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé en 2016 par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie.

Laisser un commentaire