Forum : voici comment augmenter le financement de solutions commercialement viables en Afrique

(Guinéeco.info)-Une des sessions plénières de la deuxième édition du Forum africain pour la résilience organisée, les 08 et 09 février 2018, à Abidjan, par la Banque africaine pour le développement (BAD), portait sur le thème : « Créer un environnement propice à l’augmentation du financement de solutions commercialement viables au niveau communautaire ». Elle a été animée par des panélistes issus des secteurs publics et privés du continent.

Tertius Zongo, ancien ministre des Finances et ancien premier ministre du Burkina Faso, a estimé au cours de cette session que le rôle des gouvernements est de fournir une analyse approfondie de la situation socio-économique des pays dans l’élaboration de leurs politiques publiques. Ce qui nécessite, selon lui, l’instauration d’un dialogue avec tous les acteurs pour avoir un regard croisé sur les problèmes du continent et les solutions à apporter. Pour lui, les réponses aux problèmes politiques et aux mutations économiques et environnementales passent par un développement social à travers la résilience des communautés et des Etats fragiles.

L’ancien Premier ministre burkinabé de plaider pour un meilleur modèle de décentralisation permettant, non pas de travailler pour les populations locales, mais avec elles. Il préconise un type de développement centré sur la personne afin d’envisager un meilleur avenir. M. Zongo conseille aux Etats africains de créer la croissance là où se trouvent les pauvres, c’est-à-dire, dans les campagnes, en valorisant le potentiel agricole. Mais il a insisté sur la modernisation de l’agriculture africaine avec toutes les commodités requises. Pour finir son propos, l’ancien PM du Burkina indique que de nombreuses études convergent sur le fait que les violences à venir seront plus urbaines que rurales.

Pour Mossadeck Baly, PDG du Groupe Azalaï Hotel, il faut avoir une vision plus globale des problèmes du continent africain, où depuis l’indépendance des différents pays, « on fait plus politique qu’économie », dit-il. « Je me demande comment les chefs d’Etats africains arrivent à dormir après avoir fini de regarder le journal télévisé de 20h30 de leur chaine nationale ! » s’exclame-t-il, tant les problèmes qui assaillent les Africains sont nombreux. Revendiquant plus 1000 emplois directs dans son industrie hôtelière, M. Baly  est un partisan de la théorie du « moins d’Etat » dans l’économie. Selon lui, l’Etat ne doit être un arbitre, qui fixe et veille sur les règles du jeu. Il demande aux Etats de donner le pouvoir aux communautés qui vivent au bas de la pyramide et leur permettre d’imaginer leur futur pour pouvoir se prendre en charge. L’industriel malien fond l’espoir sur le développement de la micro-finance et le Crowfunding en Afrique.

Jean Louis Ekra, ancien président d’Afreximbank, s’est félicité de la tendance, ces dernières années, à la décentralisation en Afrique. Ce qui permet une meilleure implication dans la conception et la mise en œuvre des projets communautaires. Toutefois, il déplore les difficultés qu’ont certaines municipalités dans l’approbation de leurs projets par les gouvernements centraux. Il dénonce le fait que les communes soient obligées de verser toutes leurs recettes aux trésors publics avant de redemander des allocations de ressources à l’Etat. Or, entre la perception des recettes et l’adoption des lois des Finances, beaucoup d’eau peut passer sous le pont. M. Ekra encourage les partenariats entre les gouvernements, les entreprises et les ONGs pour une synergie d’action profitable à tous.

Isaac Foly, le PDG de Standard Chartered Côte d’Ivoire, dont la structure est présente dans 15 pays africains a déclaré que la gouvernance est le maillon faible sur le continent. Pourtant, révèle-t-il, son institution aurait investi quelque 600 millions de dollars américains en Afrique, notamment en Côte d’Ivoire, où elle finance des projets agricoles. M. Foly soutient à la création d’une banque digitale « main à main » pour pallier le faible taux de bancarisation en Afrique.

Bachir Sylla, envoyé spécial

Print Friendly, PDF & Email

Share This:

Guineeco.info

Guinéeco.info est site indépendant guinéen d'informations économiques et financières créé par le journaliste Bachir Sylla. Sa vocation est de promouvoir un journalisme indépendant et rigoureux, respectueux de l'éthique et de la déontologie du métier.